Catégorie : Coup de Pouce

12/12/2018 Rassemblement le 8 décembre au pied de la Grande Arche de La Défense, à l’appel de RESF © Emmanuelle Chaudieu Une centaine de personnes se sont rassemblées samedi 8 décembre sur le parvis de La Défense (92), à l’appel de Réseau éducation sans frontières (RESF). Leur mot d’ordre : alerter sur les conditions d’accueil […]Continue reading

  Par Jérôme Rousselle, avocat au Barreau de Paris — 4 décembre 2018 à 15:06 Pourquoi l’abus sexuel sur mineur est un abus de langage Photo Getty Images Parce que les victimes subissent rien de moins qu’une agression ou un viol, il est impropre d’utiliser encore ce mot minimisant d’«abus».  Pourquoi l’abus sexuel sur mineur est un abus de […]Continue reading

9

  Nous relayons ici l’appel de 59 victimes de viols et d’agressions sexuelles lorsqu’elles étaient enfants. Cet appel a été publié le 20 novembre, journée internationale des droits de l’enfant, dans une tribune par LeMonde. https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/11/20/nous-reclamons-l-imprescriptibilite-des-crimes-et-agressions-sexuelles-sur-mineurs   “Nous réclamons l’imprescriptibilité des crimes et agressions sexuelles sur mineurs” Un collectif de victimes de violences sexuelles au cours de […]Continue reading

Coup de pouce – protection de l’enfance présente: Ouverture début Novembre d’un groupe de parole à destination des personnes victimes de violence pendant l’enfance. Ce groupe thérapeutique sera encadré par l’équipe du pole Psy de l’association. Lieu: Clichy la Garenne (Métro ligne 13, Mairie de Clichy). Pour plus d’information, vous pouvez contacter l’association Coup de pouce […]Continue reading

84 signataires, associations, auteurs, militants et médecins dénoncent le “vide” de la récente loi contre les violences sexuelles et sexistes. Ils critiquent également la communication du secrétariat d’Etat de Marlène Schiappa. Le Parlement a approuvé le 1er août, par un ultime vote de l’Assemblée, le projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles qui […]Continue reading

“La confusion démarre dès lors que l’on sous entend que la présomption d’absence de consentement pour les mineurs de moins de quinze ans lors d’un acte sexuel avec un adulte s’apparente à l’absence de présomption d’innocence. Comment peut-on ne pas clairement inscrire dans la loi que la pénétration d’une mineure de onze ans par un […]Continue reading